Déconfinement, le moment de faire du vélo le véhicule prioritaire

Mis à jour : mai 2

Par Rebecca Peyrière

Propositions de Julien BAYOU, David BELLIARD, et des élus Europe Ecologie Les Verts Parisiens


Dans une tribune publiée dans Libération le 26 avril 2020, des élus EELV proposent de mettre le vélo au centre des moyens de transports dans nos villes densément peuplées, en prenant pour exemple Paris, une des villes les plus denses du monde.


“Le drame que nous traversons porte un paradoxe vertigineux”


Les élus EELV commencent par souligner que le paradoxe de notre situation d’aujourd’hui est que le confinement dû à la pandémie de coronavirus a fait baisser drastiquement les émissions de gaz à effet de serre. La pollution de l’air fait environ 67 000 morts par an, la diminution de celle-ci grâce au confinement va sûrement épargner plus de vies que le coronavirus va en faire perdre.

“Les trottoirs doivent permettre la distanciation sociale pour éviter de nouvelles vagues de contamination.”


À la fin du confinement, à la fois pour limiter la propagation du virus mais aussi pour que la pollution ne reparte pas de plus belle, il va falloir revoir nos modes de transports. Lors de la campagne municipales de 2020 à Paris, EELV avait proposé de piétonniser les abords des écoles. Il faut maintenant selon eux aller beaucoup plus loin, laisser plus de places aux humains, piétonniser les rues étroites, enlever les véhicules motorisés du trottoir et les élargir.


“L’heure est venue de faire du vélo le véhicule privé prioritaire en ville.”


Pour les élus EELV, le vélo est la solution. Il permet la distanciation sociale et n'émet pas de gaz à effet de serre. EELV a lancé à cette effet le projet vélopolitain “un réseau cyclable, continu, capacitaire et protégé sur l’ensemble de la métropole du Grand Paris.” En plus de cela, comme il faut agir en urgence ils proposent “la réalisation immédiate du réseau par des aménagements provisoires.” Il faut avant tout sécuriser les rues, en faisant basculer paris tout de suite en zone 30, aménager les feux, réduire le trafic de transit, mettre en place une piste protégée provisoire, ou encore développer un “cyclosystème (stationnement, indemnité vélo, réparation…)”. Ce sont des solutions rapides et peu coûteuses.

Il faut agir tout de suite, les véhicules individuels polluants ne doivent plus avoir leur place dans l’espace public après le confinement, c’est d’une importance capitale à la fois pour notre santé et pour l’environnement.


“Un nouveau plan de déplacement urbain est aujourd’hui nécessaire ”, avec en son centre le vélo.



Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux
  • White Facebook Icon
  • White Twitter Icon
  • White Instagram Icon

© 2020 by Résilience Commune