Revaloriser les emplois à prédominance féminine

Mis à jour : mai 2

Par Margot Belair


"Ce qui fait tenir la société, c'est d'abord une bande de femmes", a affirmé Christiane Taubira le lundi 13 avril 2020 sur France Inter. Quelques jours plus tard, dans une tribune au « Monde », des chercheurs et l’ensemble des représentants syndicaux demandent ensemble une revalorisation des emplois et carrières à prédominance féminine.


Une bande de femmes qui fait tenir la société


Elles sont soignantes, infirmières, aides à domicile, agentes d'entretien, enseignantes ou caissières. Elles sont en première ligne face à la crise du coronavirus, parfois sans protection et sans considération. Pourtant, c'est grâce à cette bande de femmes que la société résiste, que les hôpitaux et les EPAD soignent, que les magasins alimentaires restent ouverts.


Ces métiers à prédominance féminine sont peu valorisés. Pour comprendre pourquoi, il faut remonter à l'assignation qui est faite de ces rôles dans la société. Le collectif de chercheur affirque : "Ce sont intrinsèquement des métiers de femme. "Il s’agit d’éduquer, soigner, assister, nettoyer, conseiller, écouter, coordonner... bref, de faire appel à des « compétences présumées innées », si « naturelles » quand on est femme..." Cela permet, entre autre, la sous-valorisation des connaissances professionnelles nécessaires à ces emplois. Puisque ce seraient des compétences innées, il n'y aurait pas besoin de les acquérir...


Un principe existe en France, depuis la loi sur l'égalité professionnelle de 1983 : l'égalité salariale s'applique à travail égal, mais également pour un travail de valeur égale. La nuance est importante et explique en partie les 26 % d’écarts salariaux entre les femmes et les hommes. Elle permet ainsi d’appliquer l’égalité salariale entre différents emplois mais considérés de même valeur, donc de comparer la valeur des emplois très féminisés avec celle d’autres à prédominance masculine.


Revaloriser et reconnaitre ces métiers


Pour le collectif de chercheurs et l'ensemble des représentants syndicaux, la première des propositions en faveur de l'égalité et de la justice sociale est la revalorisation des salaires de ces emplois à prédominance féminine et générant une valeur importante pour notre société. En 2020, le salaire des infirmières en France est l'un des plus bas des tous les pays développés. Cela doit aussi passer par la revaloriser les emplois et carrières à prédominance féminine dans la fonction publique.


C'est aussi valoriser les compétences dans tous les métiers, notamment les compétences relationnelles très rarement considérées comme techniques et complexes mais assimilées à des qualités personnelles. Reconnaitre la polyvalence professionnelle comme une compétence et non un rythme subit.


Il est nécéssaire de reconnaitre la responsabilité auprès des personnes malades ou fragilisées au même titre que les responsabilités budgétaires et financières.


Bien entendu, la revalorisation des conditions de travail, dénoncées notamment par les soignantes depuis plusieurs années doit être au coeurs des préoccupations. Ainsi que la reconnaissance des formes de pénibilité et de charges physiques ou nerveuses dans ces emplois (par exemple : soutenir physiquement ou psychiquement une personne en fin de vie, passer des milliers d'articles en caisse ...)


Enfin, il faudra étudier l'obligation de la comparaison d'emploi à prédominance féminine ou masculine en analysant le contenu du travail effectué, les responsabilités, la technicité, les compétences relationnelles et les exigences du travail comme cela est le cas au Québec depuis 20 ans.


"Que nos applaudissements, chaque soir, donnent enfin lieu à une réelle reconnaissance salariale de toutes ces professions, et pas à de simples primes Covid-19 !"




> Une pétition a d'ailleurs été lancée à la suite de cette tribune.


Coronavirus : Il faut « revaloriser les emplois et carrières à prédominance féminine »

18 avril 2020 - Le Monde

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux
  • White Facebook Icon
  • White Twitter Icon
  • White Instagram Icon

© 2020 by Résilience Commune